Passeport vaccinal : inquiétude et questionnements de la part des écoles de danse

Retour à la liste des nouvelles

Le Réseau d’enseignement de la danse (RED), qui représente plus de 170 écoles et près de 1700 enseignants en danse, s’inquiète et se questionne sur la mise en application du passeport vaccinal, alors qu’il est toujours en attente de précisions de la part du gouvernement.

« Nous avons transmis plusieurs questions à la Santé publique des différents ministères qui s’occupent de la danse, en plus d’avoir assisté à une rencontre avec des représentants du ministère de la Culture et des Communications. Encore aujourd’hui, on attend des réponses claires. La rentrée, c’est demain ! », s’inquiète Véronique Clément, directrice générale du RED.

Pour l’instant, il semblerait que la danse et le cirque soient les deux seules disciplines de loisirs culturels soumises à l’application du passeport vaccinal, mais aucun détail n’a pu être obtenu quant aux modalités d’application. Comme pour beaucoup d’entrepreneurs, la mise en place du passeport vaccinal inquiète les écoles de danse qui devront ajouter la gestion de cette mesure à tout le reste, notamment il faudra prévoir le temps requis pour scanner le code QR, l’ajout de personnel, la gestion technologique, en plus de l’opposition de la clientèle.

« Nos membres sont déjà au bout du rouleau. Ils ont perdu beaucoup d'élèves dans la dernière année et l’application du passeport vaccinal risque de rebuter les nouveaux clients pour la rentrée. C’est une situation très inquiétante qui pourrait mettre en péril la relance de notre secteur », ajoute madame Clément.

Toujours à cheval entre deux ministères

Depuis le début de la pandémie, les écoles de danse doivent suivre des directives souvent contradictoires du ministère de la Culture et des Communications, pour les loisirs culturels, et de la Direction du sport, du loisir et de l’activité physique (ministère de l’Éducation). C'est une situation maintes fois déplorée publiquement par le RED et ses membres.

« À l’heure actuelle, les mesures des guides de normes sanitaires à suivre dans ces deux ministères sont différentes pour un même cas de figure. Du côté des Sports et loisirs, on indique que les activités intérieures nécessitant des contacts prolongés sont permises (ex. : sport de combat, danse), alors que du côté de la culture, on nous dit que les activités de loisir intérieures sans contact seulement peuvent être pratiquées. Si je comprends bien, une école de danse qui offre des cours avec partenaire peut ouvrir si elle se fie aux normes des sports et loisirs, mais elle ne peut pas si elle doit se plier aux règles de la culture. C’est épuisant ce deux poids deux mesures qui perdure pour notre secteur », déplore la directrice générale du RED.

Des actions concrètes

Le RED continue ses démarches pour faire entendre la voix de ses membres et espère recevoir rapidement des réponses. Il travaille non seulement avec les écoles de danse qui constitue son réseau, mais aussi avec des partenaires du secteur, des fédérations sportives et il reçoit l’appui de la Fédération canadienne de l’entreprise indépendante dans certains dossiers.

« C’est un combat perpétuel de représentation et de reconnaissance du secteur que mène le RED depuis plus d'un an et demi. Même si c’est laborieux, le travail se poursuit sans relâche pour que nos membres obtiennent des réponses rapidement et puissent reprendre leur travail dans les meilleures conditions possibles, tout en assurant la sécurité de tous, bien sûr », termine madame Clément.

Le RED invite ses membres à assister à la Communauté virtuelle des directions d’écoles de danse pour être mis à jour sur les démarches entamées par leur regroupement, pour poser leurs questions et échanger entre eux sur les enjeux que suscite la possible mise en place du passeport vaccinal.

Ce jeudi 19 août à 10 h, inscription : https://forms.gle/nujewwjc6DE1jMeq7

 

Retour