Les sauts en danse – partie 2

Retour à la liste des nouvelles
Les sauts en danse – partie 2

Préparer le corps

En danse, de nombreuses qualités physiques et techniques se développent au fil des ans. Le professeur avisé comprend l’importance de ces bases et en informe ses élèves, contribuant à les motiver pour ces aspects de la classe que certains trouvent moins ludiques. 

Tous les exercices de renforcement des muscles posturaux du tronc, des jambes et des pieds contribuent au développement des qualités physiques essentielles au succès des sauts. 

Parmi les éléments techniques d’importance, on retrouve les demi-pliés avec différents accents et degrés de profondeur; les dégagés à terre (battements tendus) et battements jetés qui brossent le pied au sol avec dynamisme au lancé et qui articulent à l’aller comme au retour; les relevés sur deux jambes (et éventuellement sur une jambe) avec une poussée dynamique et un retour contrôlé en demi-plié, imitant la propulsion et l’atterrissage d’un saut.

Sauter

Sauter fait partie du vocabulaire de la danse à partir des premiers cours. Le Programme RED d’enseignement de la danse classique au secteur loisir propose une progression des sauts qui assure une évolution sécuritaire.

Pour résumer, avec les élèves débutants, on commence par les sauts « naturels » tels les gambades, les petits sauts en parallèle (pas de lapin, de kangourou, etc.), les pas chassés de côté, les sauts de marelle (de deux pieds à un pied, et vice-versa, en avançant) et les pas élancés. En travaillant ces sauts ludiques, le plus souvent connus des jeunes, on recherche du rebond, de l’élévation et de l’amplitude en fonction du pas et de la musique. On porte également attention à l’alignement du tronc, l’allongement des jambes et le travail des pieds qui finira par mener à de beaux pieds pointés en l’air.

Dans les sauts « techniques » de base, on commence par un saut à la fois avant de progresser aux sauts en petite série (2 à 4 de suite). On porte attention à l’alignement bassin/tronc, au contrôle de l’en-dehors en demi-plié (les genoux bien au-dessus des orteils), à la poussée des pieds qui génère le pointé, ainsi qu’à l’élasticité et aux qualités tour à tour propulsives et absorbantes des demi-pliés. On recherche également du rebond et de l’élévation. On en arrive à enchaîner 6 à 8 sauts ou plus, selon le niveau. Les moments d’arrêt entre deux sauts peuvent être meublés d’un « allonge-plie », un relevé, un temps-lié, un port de bras décalé ou tout autre mouvement approprié.

Des sauts de deux pieds à deux pieds, on progresse aux sauts de deux pieds à un pied (exemples – échappé de volé, sissonne), puis d’un pied à l’autre pied (exemple – petits jetés emboîtés), pour en arriver éventuellement à sauter à répétition sur le même pied (exemple – temps levés en cou-de-pied). 

Les catégories de sauts

Les petits sauts regroupent les sauts de base à tempo naturel, ainsi que les glissades, assemblés, jetés, temps levés et petites batteries. Ils font principalement appel à la qualité de rebond.

Les sauts moyens réfèrent aux sauts de base à tempo modéré, et incluent les pas de chats, sissonnes, batteries à croisement et batteries de choc selon le tempo. Ils font appel aux qualités de rebond, d’élévation et parfois, d’amplitude.

Les grands sauts incluent les grands jetés, grands temps levés, grands jetés en tournant (entrelacé), grands fouettés sautés, tours en l’air, batteries à croisement pour hommes (entrechat 6, etc.) et batteries de choc (grandes cabrioles, etc.). La qualité de rebond est toujours présente, mais les grands sauts se font à un tempo plus lent qui favorise l’élévation, l’amplitude et la virtuosité.

Il existe aussi les petits sauts très rapides dits « terre à terre », de faible amplitude. Ceux-ci sont moins dansés de nos jours, mais demeurent excellents pour développer la rapidité des réflexes. Ils sont également très amusants!

En musique, le terme allegro se rapporte au tempo, plus rapide qu’allegretto, mais plus lent que presto. Lorsque l’on parle d’allegros en danse, on réfère aux enchaînements vifs et rapides – dansés sur un tempo d’allegro – qui associent plusieurs pas en de courtes combinaisons. Les allegros sont dansés par les élèves plus avancés, puisqu’ils impliquent l'usage des bras et de la tête en coordination avec l'action des jambes. On y retrouve des pas tels les glissades, assemblés, jetés, pas de chats, pas de bourrées, temps de basques, soubresauts, petites batteries et sissonnes. 

Un mot sur les batteries

Les batteries sont des sauts « décorés » de petits croisements de pieds rapides ou de battements de jambes. Le succès des batteries implique de bonnes qualités de base dont : une distribution égale du poids en demi-plié; les pieds solidement ancrés au sol sur leurs trois points d'appui; un excellent usage de l’en-dehors à terre comme en l’air et la précision des positions de jambes. L’étude des batteries n’est pas essentielle, mais dans les niveaux plus avancés, elle ajoute un défi intéressant.

Masquer l'effort

L’importance de masquer l’effort en apprenant à dissocier le travail du bas du corps et celui du haut du corps ne peut être sous-estimée. Cette qualité est longue à développer et doit être abordée très tôt, car il n’y a rien de plus désagréable que d’observer des tensions exagérées dans le corps d’un danseur. Ceci dit, avant de blâmer l’incapacité de l’élève à dissocier l’effort, il faut déterminer si d’autres facteurs, tels un mauvais appui des pieds au sol (notamment la pronation) ou un manque de tonus des muscles posturaux expliquent les tensions parasites.

Choisir la musique

Le choix d’une musique pour accompagner les sauts est particulièrement important… et peut s’avérer compliqué, que l’on travaille avec un musicien ou de la musique enregistrée. 
   
La musique doit agir comme soutien tangible, supportant l’élan du danseur et encourageant son envol et sa suspension, le cas échéant. Selon l’âge et le niveau, la musique doit revêtir les caractéristiques de pulsation, d’accent, de rythme, de tempo et de phrasé mélodique les plus appropriés.
   
La majorité des sauts naturels et techniques de base sont en l’air sur le « demi-temps » et atterrissent sur le temps fort. En conséquence, une musique aux temps forts trop « lourds » nuit à la propulsion et encourage un retour au sol brutal. Pour la majorité de ces sauts, on favorise une mélodie légère, habituellement un 2/4 ou un 6/8, à une vitesse qui soutient l’action de rebond souhaitée et la précision des pas sautés.

Les sauts d’élévation moyenne se font aussi sur les temps légers et atterrissent sur le temps fort, mais à un tempo qui permet plus de hauteur et de l’amplitude lorsque le saut doit se déplacer. Prenons l’exemple des sissonnes dansées sur une grande valse. Le danseur se propulse en l’air sur le 2e temps d’une mesure, se « suspend » en l’air sur le 3e temps, et atterrit au 1er temps de la mesure suivante.

Dans le cas des grands sauts virtuoses, l’ascension et l’envol prennent souvent une mesure complète, tandis que la prochaine mesure est consacrée à l’atterrissage et à la transition vers le prochain grand saut. Ainsi, les grands sauts qui ciblent une hauteur et une amplitude maximales se font sur des 3/4 ou des 2/4 lents. 

Vous avez un doute concernant le tempo adéquat pour vos élèves? Invitez-les à pratiquer les sauts en question sans musique et observez leur rythme naturel. Vous pourrez ensuite choisir une musique qui s’en approche le plus.
 

À voir : Les sauts en danse – partie 1
 

Par
Dominique Turcotte
Retour