Quand la danse et la musique ne font qu’un

Retour à la liste des nouvelles
Quand la danse et la musique ne font qu’un

La danseuse-chorégraphe-enseignante Vanesa García-Ribala Montoya et la musicienne Moonlight Benjamin : une approche globale et des points de vue partagés sur la danse et la musique

Danseuse principale avec Les Grands Ballets Canadiens, chorégraphe et professeur de ballet, Vanesa García-Ribala-Montoya a des racines en Espagne et en Guinée équatoriale. Depuis 2006, elle appelle Montréal, ville qui accueille la diversité d’une communauté mondiale d’artistes au sein de la société québécoise, sa « maison ». Outre les œuvres qu’elle a chorégraphiées pour l’École supérieure de ballet de Québec, elle a créé des pièces pour le Festival des Arts de Saint-Sauveur, le Fall for Dance North Festival et Les Grands Ballets Canadiens. Elle enseigne également aux étudiants de niveau avancé à l’École supérieure de ballet du Québec.

Ballerine de formation, le monde du ballet ne s’est pas souvent présenté pour mettre en valeur son patrimoine ni représenter ses préoccupations sur les enjeux de la société. Lorsqu’on lui a offert la possibilité de chorégraphier le segment d’une trilogie pour Les Grands Ballets Canadiens, son choix musical s’est tourné vers le travail d’une artiste qui avait un message important à partager. La production Luna devait être présentée en 2020. Malheureusement, la COVID-19 a imposé l’annulation de toutes les représentations.

« L’art est universel », dit García-Ribala Montoya. « Quand j’ai découvert la musique de Moonlight Benjamin, j’ai voulu traduire son message en danse afin que tous puissent le recevoir. Les problèmes et l’histoire d’Haïti peuvent représenter n’importe quelle situation politique. Ça parle d’humanité et de vérité. »

Née en Haïti et devenue orpheline en bas âge, Moonlight Benjamin vit, étudie et se produit en France depuis 2002. Ses chansons accompagnaient la portion chorégraphiée par García-Ribala Montoya et intitulée Du soleil à la lune. Benjamin est une extraordinaire auteure-compositrice-interprète qui mélange savamment jazz, musique africaine, blues et rock pour créer un son métissé unique qui fait appel à ce qu’il y a de plus passionnant dans chacun des genres musicaux. Sa voix puissante fait l’effet d’un cocktail énergétique qui diffuse aussi des élans de chaleur et d’envoûtement. Quand bien même elle chante dans une langue pour la plupart étrangère, le message est compréhensible. Les écrits haïtiens qu’elle inclut dans ses chansons parlent avec passion d’injustice sociale, de troubles politiques, d’exil et de maltraitance infligée aux individus.

De notre rencontre, voici quelques moments choisis : « L’art est la forme la plus pure de l’expression. Quand on ouvre le cœur, on trouve la liberté et la lumière. »   « Nous vivons dans un seul et même monde. Nous sommes là pour nous nourrir l’un et l’autre. Nous habitons dans des pays différents, mais les problèmes d’un pays peuvent très bien s’appliquer à d’autres. »

La collaboration entre ces deux artistes démontre l’énorme potentiel qu’exerce la fusion de la danse et de la musique, cette capacité de créer des émotions et de partager un message qui touche l’âme et rejoint un vaste public à travers les multiples chemins sensoriels. Il confirme également à quel point l’art peut être significatif et comment il peut influencer les perceptions du public.

En tant qu’enseignants, nous participons également au partage de cette vision de la danse et de la musique. Chaque jour, nous tentons d’insuffler à nos élèves la capacité d’exprimer leur art avec passion, courage et conviction — et les encourager aussi à faire partie d’un mouvement universel d’artistes qui peuvent avoir un impact sur la société.

 

Par
Elaine Gaertner
Retour